EVALUATION LES NOUVEAUXAUTEURS
ROCK’N ROLL MASSACRE

Fiche visible aussi sur lesnouveauxauteurs.com
 
Cora, l'ex de Danny, un célèbre chanteur de rock à la dérive, est menacée par des hommes de main qui sèment la mort sur leur passage. Elle leur échappe grâce à d'anciens cours d'auto-défense. Mais, privée du soutien de ses proches et toujours traquée, Cora s'adresse à la Trottinette, ancienne prostituée proche de la star, afin qu'elle la tire d'affaire. Tout porte à croire que l'instigateur de ces tentatives de meurtre à répétition est Bill, le manager de Danny. En cas de décès de la star, il conserverait ses droits d'édition. Mais l'affaire se complique au moment où une bombe explose dans un concert rap. Le milieu musical paraît en effet touché dans son ensemble par des problèmes de racket. Il s'avère qu'il s'agissait d'un leurre. La clef de l'intrigue réside en fait uniquement dans le trio Caro-Danny-Bill, triangle amoureux comme le découvre à temps La Trottinette. Pendant sa liaison avec l'ex du chanteur, le manager de Danny lui avait en effet avoué vouloir le tuer. Au moment de leur rupture, Cora, se sentant délaissée, avait menacé de tout dévoiler à Danny, d'où la volonté de Bill de l'éliminer. Par ailleurs, Cora, pour des raisons assez obscures (seulement par vengeance ou par appât du gain?) s'était mise en tête de le tuer. Après une autre série de courses poursuites et de décès qui s'achèvent par la mort de Bill, La Trottinette empêche de justesse le meurtre de Danny par Cora, et l'ex du chanteur tombe du haut d'une falaise.
 
Les personnes qui lisent presque uniquement des romans policiers, et plus particulièrement des hommes d'âge mûr.
 
Points positifs
 
L'originalité de la trame, ainsi que la construction de certains personnages dont je reparlerai ensuite. Certains passages sont très réussis, en particulier à partir du chapitre 32. Le style y est plus soutenu et plus fluide, donc le lecteur se laisse davantage porter par l'histoire.
 
Points négatifs
 
Le début du roman est assez prenant mais peut-être un peu trop exagéré malgré tout. Beaucoup trop de vulgarités à répétition.
Certains personnages (j'y reviendrai plus loin).
23 chapitres/ 54 commencent par un prénom, comme si l'auteur avait fait un plan avant d'écrire son roman et décidé de parler de tel personnage dans un chapitre et de tel autre dans le suivant. C'est trop artificiel.
Manque de clarté parfois: tentative de meurtre de Caro/ Danny, ou trop de clarté à d'autres moments: dès le début on sait que Bill est derrière toute l'affaire: pas de suspens.
Certaines remarques un peu idiotes du narrateur omniscient qui tombent comme un cheveu sur la soupe à des moments particulièrement importants: rupture.
Le narrateur explicite parfois trop les choses: lourdeur et ralentissement de l'action
 
Livre très inégal qui risque de perdre des lecteurs sur le chemin pour maintes raisons: grossièreté récurrente à certains moments, perte de temps sur certains personnages et perte de vue de l'essentiel (l'affaire policière), manque de clarté sur certains événements (à la fin), manque de suspens et de rythme.
Malgré tout, après le chapitre 31, ces défauts disparaissent en grande partie, le style est plus fluide, les personnages plus nuancés, et l'action haletante. Ce qui prouve que l'auteur est capable d'améliorer tout ça et d'accoucher d'un presque chef d'œuvre en se donnant la peine de se détacher un peu de ses notes et de se laisser porter par sa trame et ses personnages.
 
Style
 
Là encore, très inégal. Les dialogues sont rendus dans un style qui laisse à désirer. On peut comprendre que dans un roman policier et dans le milieu de la musique, des drogués et alcooliques, on s'exprime comme cela, mais il faut toutefois éviter les excès susceptibles de faire décrocher les lectrices et certains hommes. C'est trop caricatural. Par contre, à d'autres moments le style est juste bien: relevé sans trop. Ainsi on n’y prête même pas attention car la lecture devient plus fluide, et la forme se fond ainsi dans le récit.
 
Le titre risque de rebuter certains lecteurs (fait penser à "massacre à la tronçonneuse" ou à d'autres films d'horreur). Je verrais plutôt le titre "Rock'n'roll jungle" ou quelque chose dans le genre.
 
Les personnages :
 
Certains personnages sont très bien construits: La Trottinette, Danny, Bill en particulier.
Certains autres pas assez: le personnage de Caro est abordé correctement au début, mais à la fin, là où justement le narrateur devrait s'attarder sur ses paradoxes, le lecteur se trouve frustré.
Enfin, une nuée de personnages sont beaucoup trop développés. On donne leur prénom au début d'un chapitre et le narrateur nous balance tout sur lui alors que l'existence même de ces protagonistes n'est pas très utile, voire pas du tout. C'est en particulier le cas de tous ces obsédés qui rêvent de coucher avec Cora: le rappeur, le patron de bar, ou de personnages liés à La Trottinette dont on apprend en détail la vie.
 
Le thème abordé :
 
IL est intéressant et commence d'ailleurs à devenir un peu à la mode. L'ex de Bruel a abordé dans son dernier roman le thème du monde de la musique, de la drogue, de l'univers des artistes... Il faut se lancer dans le filon, d'autant plus que notre rocker national, Johnny, va bientôt prendre sa retraite. Peut-être va-t-on découvrir des scandales sur lui... Cependant, j'ai l'impression que ce thème est abordé de façon un peu trop abstraite, désincarnée. Il faudrait davantage faire ressentir au lecteur l'ambiance de l'univers musical. L'auteur se limite à des descriptions trop longues et ennuyeuses des concerts. Le lecteur doit s'identifier aux personnages et pénétrer dans leur univers, et ça passe par la suggestion olfactive, auditive, tactile, la nuance, la création d'une ambiance à la fois oppressante et attractive.
 
Les corrections à effectuer
 
un début un peu plus vraisemblable et une course poursuite Cora-hommes de main à disperser davantage dans la trame afin de conserver une certaine tension et un certain suspens.
 
le perso de Caro est délaissé par la narrateur et on y revient à la fin sans trop comprendre les raisons de sa tentative de meurtre sur Danny: dénouement décevant
à l'opposé, pas assez de suspens/ Bill. Dès le début on sait que c'est lui l'instigateur de tout
 
supprimer certains passages inutiles, vulgaires et caricaturaux: le rappeur dans le métro, les pensées du patron du bar
 
alléger le chapitre portant sur la tentative de viol et les chapitres 14 à 16 qui alourdissent la trame
 
injecter davantage d'éléments sur le monde de la musique et les stars par petites touches, par des suggestions, en créant une ambiance et non pas un décor qui semble bien souvent artificiel
 
alléger les chapitres qui s'appesantissent sur l'histoire de personnages vraiment très
secondaires: là encore ça alourdit l'ensemble et retarde l'action. Ne garder que
l'essentiel. Nous ne sommes plus au XIXème, pas besoin de présenter toute la vie d'un
personnage, surtout quand il est peu important. Leurs sentiments doivent être
davantage suggérés.
 
le narrateur à la 3ème personne est trop omniscient, c'est peut-être cela qui le
pousse à tout dire sur ses personnages. On a l'impression que l'auteur avait préparé
des fiches présentant la vie de chacun de ses personnages. Trop artificiel. Qu'il ait besoin de les construire si en détail sur son calepin, d'accord, mais il ne faut pas que cela se sente dans le roman.
 
Conclusion :
 
Peut-être retravailler la narration, introduire des monologues pour casser le ryhtme, retarder l'action et créer du suspens, s'identifier davantage à certains personnages. Aussi jouer plus sur la longueur des phrases. Alterner phrases courtes et longues là encore pour briser le rythme. Travailler aussi la ponctuation, utiliser les points de suspension: suspens, le lecteur devient actif...
 
 
 
 
 
 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement